fbpx

23 février 2021

Bureautique : une formation idéale pour elle

« C’est comme mon rêve d’être la secrétaire d’une école primaire. On touche à tout. On court partout. On ne fait jamais les mêmes tâches » , dit Marie-Ève Boucher-Drapeau, finissante en Techniques de bureautique.

Marie-Ève se prépare actuellement à entrer sur le marché du travail, réalisant de vrais mandats au sein de l’entreprise-école Gestion bureautique, au Cégep de Lévis. Elle aura mis cinq ans à effectuer son parcours collégial, un tour de force. Marie-Ève, 33 ans, a une famille de huit enfants. Le dernier né est arrivé pendant ses études.

L’entreprise-école du programme Techniques de Bureautique permet à l’étudiante de mettre la théorie en pratique et de prendre de l’expérience avant d’arriver sur le marché de l’emploi. Plus la session avance, plus elle gagne de la confiance. « Ça ne me fait plus peur d’aller sur le marché du travail. Je suis capable. Je l’ai vécu », explique-t-elle. La formation dure trois ans, ou six sessions, et c’est ce qu’il faut à son avis pour voir la matière, et l’entreprise-école vient « sceller nos connaissances », précise-t-elle.

Choisir son milieu de travail

Son choix de carrière n’est pas le fruit du hasard. La bureautique peut mener à une foule de carrières différentes. Par exemple, une personne peut se retrouver dans le milieu de la santé, dans un ministère ou en entreprise. Marie-Ève adore les enfants. « Je peux mettre toutes mes connaissances au profit de l’école primaire, je pense », dit-elle.

Aimer le service à la clientèle

La finissante préfère le travail non routinier. Elle se souvient qu’à son école secondaire, La Camaradière, à Québec, elle s’impliquait dans plein de projets, comme la réalisation de l’album de finissants. Déjà, elle aimait le service à la clientèle.

Bien écrire et sans fautes

Adolescente, elle avoue qu’elle détestait le français. C’est en arrivant au cégep, en bureautique, qu’elle a appris à aimer jouer avec les mots. « J’ai vraiment trippé. Je me suis amusée à apprendre de nouvelles règles et des manières d’écrire. Au secondaire, je trouvais ça dur. Je trouvais ça plate. On appliquait des règles de grammaire et on ne savait pas pourquoi…»

Acquérir une bonne maîtrise de la langue représente un aspect très important du programme. Une technicienne ou un technicien en bureautique, souvent responsable de la rédaction et de la mise en page de documents, devient une référence en français pour ses collègues. Marie-Ève est fière de la compétence qu’elle a acquise au cours des dernières années. « J’ai une grande facilité à écrire sans fautes et ça m’aide beaucoup. »

Utiliser les technologies de l’information et des communications

Pendant la formation, les étudiants apprennent de manière approfondie les fonctionnalités de la Suite Microsoft Office et ils touchent aussi à la conception de sites Web. Tous ces outils sont pratiques pour créer de beaux documents et pour organiser des événements, un autre volet de la formation. En raison de sa maîtrise du français et de sa capacité à bien utiliser les technologies de l’information, la technicienne ou le technicien en bureautique joue un rôle pivot dans son milieu de travail. « Tu aides tout le monde et tu touches à tout », résume Marie-Ève.

Enfin, si la bureautique attire généralement plus de filles, l’étudiante encourage les gars à s’inscrire, le domaine étant si vaste. L’organisation d’événements, par exemple, pourrait en intéresser plusieurs. L’invitation est lancée!

Consultez la page du programme Techniques de bureautique et jetez un œil à nos locaux en effectuant une visite virtuelle 360°.