Pourquoi partir à l’étranger?

Vivez une aventure!

Partez à la découverte d’un pays et d’une culture. Apprenez une nouvelle langue. Réalisez une expérience de travail sur le terrain.

Les stages d’études, projets communautaires et séjours culturels à l’extérieur du Québec ou à l’étranger sont de belles façons de consolider vos apprentissages, de vivre des expériences de vie uniques et de développer vos compétences interculturelles. Les possibilités d’expérience de mobilité internationale sont nombreuses, les destinations variant d’un programme d’études à l’autre.

  • Vous appliquerez des notions vues en classe dans un nouveau contexte et vous développerez de nouvelles compétences.
  • Vous acquerrez plus d’autonomie et de confiance.
  • Vous ferez de belles rencontres et élargirez votre réseau d’amis au Québec comme à l’international.
  • Votre expérience pourra vous servir dans le cadre de votre parcours scolaire ou auprès d’un nouvel employeur.
  • Et surtout, vous aurez du plaisir!


Services offerts

Le Bureau de l’international et du développement durable (BIDD) a la responsabilité de vous aider à réaliser votre projet. Selon vos champs d’intérêt et vos objectifs, l’équipe du BIDD vous donnera des conseils, qui vous amèneront à déterminer le type de séjour qui vous convient le mieux. Vous serez accompagné du début de votre projet jusqu’à la fin. Vous assisterez à des formations prédépart et vous aurez de l’aide, notamment pour effectuer vos demandes de permis de séjour.

Si vous avez le goût de partir à l’aventure et de choisir l’une des formules proposées par le Cégep, rendez-vous au local A-215 ou écrivez au BIDD à l’adresse : bidd@cll.qc.ca.


Le financement

L’argent ne devrait pas freiner votre élan! Pour vous aider à financer votre expérience hors Québec, il y a plusieurs options à explorer. Pour plus de détails, écrivez au BIDD à l’adresse bidd@cll.qc.ca, ou allez faire un tour au local A-215.

  • Ceux qui reçoivent déjà des prêts et bourses du gouvernement peuvent obtenir une augmentation de l’aide financière qui leur est octroyée. Il faut cependant en faire la demande. Pour plus d’informations sur les prêts et bourses, veuillez communiquer avec le BIDD à l’adresse : bidd@cll.qc.ca.
  • Visitez aussi le site de LOJIQ pour connaître les types de projets que l’organisme soutient. Le mandat de LOJIQ est de favoriser le développement professionnel et personnel de jeunes adultes québécois en leur permettant de réaliser un projet à l’international.
  • Votre association étudiante, l’AGEECL, en collaboration avec le BIDD et la Fondation Cégep de Lévis, a mis sur pied un programme de bourses de mobilité internationale. Pour plus de détails et pour obtenir un formulaire, rendez-vous sur le site de l’AGEECLL.
  • La Fédération des cégeps offre des bourses pour de courts séjours à l’international aux étudiants qui souhaitent réaliser des stages en alternance travail-études (ATE), des stages crédités ou des séjours d’études dans un établissement partenaire d’une durée minimale de six semaines à l’extérieur du Québec.

Témoignages

Laura Brochu, étudiante en Sciences de la nature, a effectué un séjour en Équateur dans le cadre du cours d’intégration en biologie.

La première semaine du voyage en Équateur fut consacrée à la prise de données pour le projet de recherche du cours d’intégration en biologie. Mon projet fut d’analyser l’alimentation de quatre espèces de colibris à différentes périodes de la journée. J’ai pu choisir le sujet du projet que je voulais réaliser, ce qui rendait l’expérience de recherche d’autant plus passionnante. Notre séjour à la station de recherche a duré sept jours, dont quatre ont été dédiés à la prise de données. La charge de travail était tout à fait acceptable puisque j’estime avoir travaillé une trentaine d’heures sur mon projet. J’avais donc encore l’impression d’être en vacances même s’il y avait de la recherche à effectuer!

Les neuf jours restants ont été consacrés à la visite de l’Équateur. J’en ai donc appris énormément sur la faune, la flore et la culture équatorienne. Les amoureux des animaux seront comblés puisqu’ils pourront observer plusieurs espèces de singes, des paresseux, des opossums, des dauphins ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux colorés et d’insectes surprenants.

Culturellement, le voyage fut très enrichissant. J’ai pu y pratiquer mon espagnol et ce fut l’occasion pour certaines filles d’apprendre les rudiments de cette merveilleuse langue. Également, j’ai visité une chocolaterie, un jardin à papillons, un marché public et bien d’autres attraits. J’ai même eu l’occasion de vivre ma première expérience en altitude lorsque nous avons descendu une montagne, ce que j’ai adoré!

J’ai vraiment apprécié mon premier voyage en Amérique du Sud : les gens y étaient accueillants, la nourriture était bonne et les endroits où l’on dormait étaient bien entretenus et sécuritaires. Une belle ambiance régnait au sein de notre groupe, ce qui a rendu le voyage encore plus comique et agréable.

Bref, un voyage inoubliable…

– Laura Brochu

 

Amélie Hébert, étudiante du programme de Langues au Cégep de Lévis, a terminé sa dernière session à Séville, en Espagne.

Clara Guillemette a enseigné l’anglais au Costa Rica pendant un mois, après avoir obtenu son DEC en Langues.

Après avoir obtenu mon DEC en Langues, j’ai pris une année sabbatique. Je suis partie un mois au Costa Rica afin d’enseigner l’anglais bénévolement dans une petite communauté.

Les Costaricains (ou Ticos pour les intimes) étaient ravis d’accueillir des visiteurs et de montrer leur culture. Certains tenaient à ce qu’on leur donne un coup de main avec l’anglais ou même à apprendre quelques mots en français. J’ai réalisé que parler plusieurs langues peut non seulement nous aider en tant que voyageur, mais cela peut aussi aider les autres. Dans certains endroits, l’anglais est une nécessité pour trouver un travail. En enseignant cette langue ou une autre, on peut aider bien des gens à vivre jour après jour.

Parler la langue du pays que l’on visite, c’est aussi se faire des amis qui nous font visiter les endroits les plus reculés, simplement parce que ça leur fait plaisir.

En bref, le programme de Langues est un tremplin de vie pour quiconque veut voyager librement, aider ceux qui en ont besoin et voir le monde d’un autre œil.

– Clara Guillemette

Quatre étudiants ont adoré leur voyage en Espagne.

« Le programme en Langues nous apprend, entre autres, l’espagnol et il nous offre l’opportunité de participer à un voyage en Espagne. Une occasion que j’ai su saisir et qui fut une expérience formidable pour moi. Les jours passés là-bas m’ont permis d’en apprendre énormément sur la culture et sur l’histoire espagnole et d’y découvrir un peuple très accueillant. Cette immersion très enrichissante m’aura donné l’opportunité de perfectionner ma maîtrise de la langue. C’est un voyage qui fait grandir et qui permet de découvrir, sans aucun doute, l’un des plus beaux pays d’Europe. Je le recommande à tous. »

– Crystel Legros

« Le voyage en Espagne m’a permis de découvrir un pays d’une grande beauté possédant une histoire et une culture incroyables. J’ai rencontré de nouvelles personnes, vu des paysages à couper le souffle, visité des châteaux, dégusté des tapas, vu des bâtiments à l’architecture audacieuse et des pièces d’art mythique. Mon séjour m’a permis de pratiquer ce que j’avais appris dans mes cours de langues et d’acquérir un bagage plus qu’utile pour la poursuite de mon DEC. Le voyage en Espagne, c’est vivre deux semaines de pur plaisir entouré de gens extraordinaires. »

– Marie-Eve Couture (Sciences de la nature et Langues)

« Pour moi, l’Espagne a été une expérience incomparable. La culture, les coutumes et le rythme de vie des Espagnols sont sans contredit des aspects qui ont grandement contrasté avec le Québec. Dès le départ, le groupe a tissé des liens très forts autant lors de la préparation du voyage qu’à l’organisation des activités de financement. Vivre aussi intensément, ça crée des liens rapidement et nous sommes tous devenus très attachés à ce magnifique pays. ¡Viva España! »

– Marie-Michèle Couture

« L’Espagne fut pour moi un voyage de découvertes culturelles hautes en couleur, tant pour le mélange des cultures, que pour l’essai de nouveaux aliments ou simplement pour ce rythme de vie bien différent. L’Espagne s’est installée dans mon cœur. Le groupe avec lequel nous étions était bien fou, mais ma foi, génial! Le voyage culturel en Espagne est en grande partie LA raison de choisir d’étudier dans le programme de Langues du CLL! »

– Marie-Christine Laflamme

Marie-Ève Daigle a fait une session d’études à Séville, en Espagne, alors qu’elle étudiait en Langues.

Peux-tu te présenter un petit peu?
Je m’appelle Marie-Ève Daigle, j’ai 21 ans, je viens de Québec au Canada. J’ai suivi le programme de session universitaire printanier avec MundoLengua.

Étais-tu déjà venue en Espagne? Si oui, dans quelle ville?
Oui, j’étais déjà allée à Valladolid et à Madrid.

Quelle a été ta première impression en arrivant à Séville?
Ma première impression a été que Séville se différencie grandement des autres grandes villes européennes par son architecture et sa culture très distincte en raison de l’influence arabe. C’est très impressionnant de se promener dans le centre-ville et de voir des vestiges de l’époque arabe. J’ai aussi été enchantée par l’exotisme que dégageait Séville avec ses orangers qui se fondent dans le décor d’une ville si magnifique. Mon impression est restée la même tout au long de la session; j’ai gardé cette même fascination.

Y a-t-il de grandes différences avec ton pays d’origine?
Le climat est beaucoup plus chaud ici et l’architecture est aussi différente. Les rues sont beaucoup plus étroites et les horaires de repas tout comme celles de l’ouverture des magasins ne sont pas du tout les mêmes.

Est-ce que quelque chose t’a « choqué » à ton arrivée, mais que tu comprends maintenant après plusieurs mois à Séville?
Je ne crois pas avoir été « choquée », mais j’ai été surprise des horaires de repas. En effet, je ne m’attendais pas à dîner à 14 h et à souper à 22 h, alors qu’à Québec, je dîne à 12 h et je soupe vers 18 h. Cependant, je comprends aujourd’hui que le rythme de vie espagnol est différent et il est normal pour les gens de Séville de souper aussi tard, en particulier parce que le soleil se couche beaucoup plus tard qu’à Québec.

As-tu participé à de nombreuses activités avec Centro MundoLengua? Si oui, y en a-t-il une en particulier que tu as adorée et/ou une que tu es sûre de ne jamais refaire?
J’ai fait du bénévolat à la piscine avec des enfants, adolescents et adultes handicapés et j’ai adoré mon expérience, bien que la piscine était un peu loin de mon lieu de résidence. C’était une expérience très gratifiante qui m’a permis de venir en aide à des gens dans le besoin.

Dans l’ensemble, est-ce que les activités t’ont plu?
Oui, les activités avec MundoLengua m’ont plus que satisfaite, en particulier par leur diversité et par les explications culturelles très intéressantes des accompagnateurs (Antonio et Sara).

Étais-tu en famille d’accueil? Si oui, as-tu apprécié la famille dans laquelle tu étais? Penses-tu qu’elle t’a permis de découvrir une partie de la culture espagnole que tu n’aurais pas pu voir en vivant en résidence, par exemple?
Oui, je suis en famille d’accueil. J’ai apprécié la famille dans laquelle j’étais, car elle m’a permis de pratiquer mon espagnol et aussi de découvrir certains mets espagnols délicieux. Cette découverte gastronomique n’aurait peut-être pas été possible si j’avais vécu en résidence.


Du point de vue de la nourriture, que pourrais-tu dire de la cuisine espagnole?

J’ai adoré la cuisine espagnole et aussi le concept de tapas ou de plats è partager dans les restaurants. Ceci n’est pas commun à Québec et je crois que c’est très bien parce que ça permet de prendre des petites portions de plusieurs mets et ainsi goûter à une plus grande variété de plats.

Penses-tu que les cours que tu as pu suivre étaient intéressants? T’ont-ils permis d’avancer dans ton objectif scolaire?
Les cours que j’ai suivis étaient grandement intéressants, en particulier le cours de tapas et celui d’histoire du flamenco parce qu’il s’agit de cours qui ne sont pas dispensés à Québec. Ainsi, cela m’a permis d’en connaître beaucoup plus sur la culture et l’histoire de Séville, de l’Andalousie et de l’Espagne. Tous les cours que j’ai suivis m’ont permis d’avancer dans mon objectif académique, car ils m’ont permis de pratiquer mon espagnol et mon anglais tout en apprenant de nouvelles choses fascinantes.

Ta session d’études à Séville est-elle reconnue par ton cégep d’origine?
Oui, elle est reconnue par mon cégep.

Est-ce que tu as beaucoup de nouveaux amis?
Oui, j’ai connu beaucoup d’Américains et quelques Canadiens à l’université et lors des activités de MundoLengua.

Dans l’ensemble es-tu satisfaite de ta session d’études à Séville?
Oui, dans l’ensemble, je suis très satisfaite de ma session d’études à Séville. Je crois que c’était une expérience exceptionnelle qui m’a permis d’apprendre tout en voyageant et en m’imprégnant d’une nouvelle culture extraordinaire.

Es-tu satisfaite de l’encadrement que tu as eu avec Centro MundoLengua? Changerais-tu ou ajouterais-tu quelque chose?
Je suis plus que satisfaite de l’encadrement que j’ai eu avec Centro MundoLengua. Il y avait toujours quelqu’un pour m’aider et répondre à mes questions et tout le monde était très sympathique. Je ne changerais donc absolument rien au personnel et à la façon de faire de MundoLengua.

À qui recommanderais-tu l’expérience?
Je recommanderais cette expérience à tous les étudiants qui ont envie de relever un défi linguistique tout en voyageant, en s’amusant et en rencontrant de nouvelles personnes fantastiques.

Penses-tu revenir à Séville?
Oui, j’ai l’intention de revenir à Séville dans le futur parce que c’est tout simplement une ville paradisiaque.

 

Des étudiantes en Soins infirmiers racontent leur expérience en Haïti.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est soins_infirmiers_cegep_levis.jpg. L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est soins_infirmiers2_cegep_levis.jpg.

Des étudiants et des professeurs en Soins infirmiers ont beaucoup appris sur les plans professionnel et personnel lors de leur stage en Haïti.
J’ai eu l’immense privilège de faire partie du groupe du stage humanitaire en Haïti cette année. C’est une chance incroyable qui m’a apporté énormément, sur plusieurs aspects, autant sur le plan professionnel que personnel. Depuis ce stage, je vois différemment les choses dans notre domaine en soins infirmiers. On a dû adapter notre pratique puisque nous devions nous débrouiller avec peu de ressources, autant physiques que matérielles. En plus, nous avions à composer avec une population qui communique dans une autre langue. Le contact avec les patients s’est développé de façon différente. Cette expérience à l’étranger nous a permis de créer des liens très forts dans l’équipe de travail.

J’encourage tous les jeunes à participer à ce stage.

– Monika Laflamme


Le stage en Haïti est une expérience unique qui permet à celles qui le vivent de se développer autant au niveau personnel que professionnel. Nous avons été confrontées à plusieurs changements tant au niveau culturel que par la relation de groupe. Ce voyage m’a permis d’intégrer en accéléré des notions acquises dans ma formation et de réaliser l’importance de l’écoute dans notre pratique.

Étonnamment, ce stage m’aura permis d’en apprendre davantage sur moi-même que sur ma pratique. J’ai pris conscience encore plus que le premier critère quand nous voulons durer dans les soins, c’est d’abord d’aimer les gens. Bref, je crois que cette expérience m’a fait grandir et que je suis une bien meilleure personne.

Mèsi anpil

– Camille Lizotte


Une expérience de vie, au-delà des soins!
« Le stage humanitaire en Haïti fût une aventure incroyable. C’est dans une ambiance teintée des saveurs du sud que nous avons découvert une culture, un peuple et des gens si attachants, malgré la dure réalité d’un pays en voie de développement à tous les niveaux. Cette expérience inoubliable nous aura fait progresser autant sur le plan professionnel que personnel. Nous revenons avec une toute nouvelle vision des soins infirmiers et plusieurs habiletés telles que : le leadership, l’autonomie, l’entrepreneuriat, l’ouverture d’esprit et la détermination. En bref, je n’aurais jamais pensé que ce stage humanitaire aurait autant d’impact sur moi, ni sur ma pratique future en tant qu’infirmière. Ce fût une expérience inoubliable! »

– Maude-Émilie Paquin


Des étudiantes en soins infirmiers reviennent d’Haïti transformées!
Ayiti (Haïti en créole)
Notre séjour humanitaire à Haïti s’est avéré une expérience très complémentaire à notre formation collégiale en Soins infirmiers. Dès notre arrivée, nous avons été à même de constater les besoins énormes de ce peuple. Malgré le peu de ressources, les habitants nous ont toujours bien accueillis. Le personnel médical de la clinique Notre-Dame-de-Lourdes de Labrousse a été d’une gentillesse incroyable avec nous. Nous avons eu l’opportunité d’aider et de soigner des gens dans le besoin, d’apporter et de partager nos connaissances avec eux et aussi d’apprendre un peu de Créole afin de faciliter la communication et les échanges.

Cette expérience est à vivre, d’autant plus qu’elle a un impact réel sur la vie des gens là-bas. La contribution que nous y apportons, aussi minime soit-elle, est grandement appréciée des communautés locales. Nous encourageons tous les étudiants à vivre une telle expérience. Le peuple haïtien gagne vraiment à être connu!

Étudiantes : Cindy Arseneau-Leblanc, Catherine Bernier, Samantha Dumais, Karolane Hallé, Maude-Émilie Paquin et Sandra Vachon

Professeures : Lise Gignac et Monique Fournier