fbpx

28 janvier 2021

Distiller son sapin de Noël pour extraire des huiles essentielles

Procédés industriels – Cégep de Lévis

En août 2020, le Cégep de Lévis accueillait ses premiers étudiants en Techniques de procédés industriels (TPI), devenant ainsi l’un des trois seuls établissements collégiaux de la province à offrir cette nouvelle formation.

Conçu spécifiquement pour répondre aux exigences et aux besoins actuels de l’industrie québécoise, le programme regroupe quelques compétences auparavant liées au programme Techniques de génie chimique. Ayant comme but de valoriser pleinement le potentiel industriel des entreprises de la région, Techniques de procédés industriels du Cégep de Lévis a choisi comme spécificité locale le développement durable et les procédés chimiques écoresponsables.

Expérimenter les pratiques écoresponsables

Au cours de leur formation, les étudiants en Procédés industriels développeront des pratiques écoresponsables, orientées vers une utilisation durable des matières premières et des produits finis. C’est dans cette optique que, quelques semaines avant l’arrivée de la première cohorte en juin 2020, se pointait le tout premier équipement acheté par le programme de Procédés industriels. Les laboratoires flambant neufs, ultramodernes et à la fine pointe de la technologie de TPI recevaient le distillateur Explorer, un alambic produit au Québec par l’entreprise AlChemia Solutions de Chicoutimi. Le but de cette acquisition? Permettre aux étudiants de développer des connaissances essentielles à leur spécialisation tout en expérimentant des outils de développement durable et de procédés chimiques écoresponsables.

Transformer son sapin en huiles essentielles

En janvier 2021, Carmen Tibirna, professeure et coordonnatrice du programme Techniques de procédés industriels (TPI), soumettait son propre sapin de Noël naturel à la distillation de biomasse, un des nombreux procédés écoresponsables mis en place par le programme : « Une fois que les sapins de Noël ont embelli nos maisons, ils prennent généralement le chemin des poubelles. Je me suis inspirée d’un projet d’Alchemia qui récupérait les sapins auprès de la population locale afin de les transformer en huiles essentielles », soutient Carmen Tibirna.

Depuis, Carmen a distillé les sapins que des collègues et des étudiants lui ont apportés. Elle en a profité pour présenter le fonctionnement de l’alambic auprès de quelques élèves du programme qui devront attendre leur 5e session avant de l’utiliser. Le sapin est une matière renouvelable parmi plusieurs autres possibles qui peuvent être distillées afin d’extraire les composants bénéfiques qu’elles contiennent. Avec ce procédé, une vaste variété de matières végétales ou de plantes aromatiques peut être employée et valorisée : lavande, romarin, menthe, épinette noire, etc. « On place les branches du sapin dans l’alambic, puis on envoie la vapeur d’eau en boucle fermée. Environ 3 à 4 heures de distillation sont nécessaires pour extraire les huiles essentielles du sapin sous forme d’un mélange d’eau et d’huiles essentielles qui se séparent naturellement en deux couches. Il ne reste qu’à extraire l’huile avec une pipette » explique Carmen. Il aura fallu environ 4,4 kilos de branches de sapin pour obtenir environ 75 millilitres d’huiles essentielles. Heureusement, l’hydrolat (produit secondaire qui sort du distillateur), tout comme l’huile, peut aussi être utilisé en aromathérapie.

Un apprentissage qui se concrétise de multiples façons

En ayant plusieurs sapins, on peut faire des analyses comparatives d’huiles obtenues d’un sapin à l’autre ou avec d’autres résineux, tel que l’épinette. Après avoir obtenu les huiles du sapin dans l’alambic, les étudiants du cours de génie des bioprocédés industriels pourront aussi faire des analyses de chromatographie gazeuse pour certifier la qualité de l’huile essentielle, expérimentant concrètement des notions de chimie apprises en classe.

Des étudiants qui peuvent consommer leurs propres produits

« L’industrie chimique est souvent pointée du doigt comme polluante, mais on veut initier les étudiants à la production de produits écoresponsables et naturels qu’ils pourront consommer ou utiliser dans le cadre de leurs activités quotidiennes. C’est pourquoi, au cours de leurs études, les étudiants de TPI fabriqueront aussi du fromage, de la bière, du jus de pommes, du savon, des biocarburants et d’autres produits », affirme Carmen. Les techniciens formés en Procédés industriels par le Cégep de Lévis participent étroitement à la mise au point de méthodes de fabrication de produits du quotidien. Une formation orientée vers le développement durable et les procédés chimiques écoresponsables t’intéressent? Pour plus d’informations, cliquez ici.