fbpx

7 novembre 2021

Les finissantes en théâtre rencontrent l’actrice Catherine de Léan

Tout récemment, les finissantes en théâtre ont eu le bonheur d’assister à un atelier-conférence donné par l’actrice de renom.

Catherine de Léan a joué notamment dans le film Louis Cyr de même que dans la série Demain des hommes. Depuis 2019, on peut la voir dans District 31, où elle tient le rôle de Véronique Lenoir. À cela s’ajoutent plusieurs productions théâtrales, dont Les boxeuses, pièce dont elle est la coauteure. C’est d’ailleurs cette œuvre que les finissantes du programme Littérature, théâtre et création joueront devant public en décembre prochain.

Une source d’inspiration

Cela a été une incroyable chance pour les étudiantes que de pouvoir discuter avec non seulement une actrice de talent, mais aussi celle qui a été de la première production de cette pièce.

« J’ai trouvé intéressant d’en apprendre plus sur le processus créatif derrière la pièce que nous allons jouer. Ça permet de nous inspirer et de nous guider par rapport à notre interprétation des personnages. »

– Caroline Raby, étudiante

« Nous avons eu l’incroyable opportunité de discuter avec une actrice aussi humble qu’inspirante », a dit Louis Roussel, coordonnateur du programme Littérature, théâtre et création.

Vision du théâtre et des arts

La rencontre, qui avait lieu à l’auditorium du cégep, a permis d’aborder les rouages de la profession, tant sur scène qu’à l’écran. Jocelyn Paré, professeur de théâtre, s’est dit « enthousiasmé par la générosité » de Catherine de Léan. Il faut dire que cette dernière a pris le temps de discuter avec chaque étudiante afin de les guider dans leur compréhension de l’œuvre. Interpréter un personnage, ce n’est pas que réciter un texte; c’est d’abord partager un sentiment. Tel qu’elle l’a si bien résumé : « Jouer au théâtre, c’est montrer l’invisible. »

« Si j’avais un mot pour décrire cette rencontre, ce serait : enrichissante. Catherine de Léan nous a bien fait voir que souvent, à tort, nous imaginons les artistes derrière un grand mur, à un niveau d’inaccessibilité difficilement descriptible. Nous étions tous très enjoués à l’idée d’entendre parler du parcours de Catherine de Léan, mais nous avons plutôt participé, avec joie, à une discussion sur notre vision du théâtre et des arts. Elle s’intéressait grandement à nous et est même restée pour nous aider à monter la publicité pour notre spectacle. C’est une rencontre qui a laissé, à moi comme aux autres, une marque inoubliable. J’en suis ressortie avec un grand sentiment d’humilité en tant qu’artiste et de bonheur et d’espoir en tant que jeune étudiante avec de grands rêves. »

– Galabriel Bégin, étudiante